Démystifions le vin: Le vrai et le faux de cette industrie

Comme dans tous les domaines, plusieurs mythes circulent depuis belle lurette concernant l’industrie du vin. Ce n’est pas étonnant, considérant que l’on estime que la viticulture remonterait à plus de 8000 ans. Évidemment, avec les années et les multiples générations qui ont précédé, certaines histoires ont réussi à se tailler une place dans l’imaginaire populaire. Comment s’y retrouver? Tentons d’y voir plus clair dans cet article.

  • Tous les vins s’améliorent avec l’âge.

FAUX. 90% de la production du vin est destinée à être consommée dans l’immédiat. Plusieurs caractéristiques sont importantes pour le vieillissement du vin, notamment les constituants, l’embouteillage et le procédé chimique. On souligne que c’est le Chenin blanc qui aurait le meilleur potentiel de vieillissement. Nous avons d’ailleurs un article complet sur le vieillissement du vin, que nous vous suggérons de lire. 

  • Le Québec a un climat trop hostile pour la production de vin.

FAUX, mais pas totalement. En effet, le climat du Québec a longtemps été le plus gros enjeu pour les vignerons québécois. Mais depuis une trentaine d’années, l’expertise et l’évolution technologique permettent maintenant de déjouer les étés trop humides et les hivers trop froids. On peut donc maintenant produire des vins de très grande qualité, ici même, au Québec.

  • Le prix garantit la qualité.

FAUX. Plusieurs éléments entrent en compte lorsque le prix d’un vin est établi, notamment, la région et le domaine de production, le procédé de fabrication, la compétition, le millésime, etc. Il ne faut donc absolument pas se fier au prix d’un vin pour en déterminer sa qualité.

  • Les meilleurs vins sont ceux bouchés avec un bouchon de liège.

FAUX, mais ça dépend. Cela a longtemps été le cas et ce l’est encore à quelques endroits. En France, par exemple, la tendance à boucher les plus grands vins avec un bouchon de liège demeure. En revanche, dans certaines autres régions comme l’Australie ou les États-Unis, on utilise de plus en plus la capsule comme méthode de bouchage, sans compromis sur la qualité du vin. En fait, cette dernière peut avoir des avantages, tels qu’éliminer le problème du TCA (vin bouchonné) et une meilleure conservation après l’ouverture.

  • Le vin rosé est automatiquement sucré.

FAUX. Il est faux de croire que tous les vins rosés sont sucrés. En fait, le vin rosé de Provence est un vin vif et sec. On retrouve également des vins rosés épicés, ronds, énergiques, etc. Ils ont un grand éventail de possibilité, tout comme le vin rouge et blanc.

Y a-t-il un de ces mythes dont la vérité vous surprend?

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn